Les bases pour les pistes

La piste

Les courses ont lieu sur des pistes qui sont généralement périphériques.
La barrière qui limite le périmètre intérieur de la piste s’appelle « lice » ou « corde ».
Si la piste tourne à droite on dit que la corde est à droite et inversement.
La corde a une certaine importance puisque la distance à parcourir à l’intérieur est plus courte qu’à l’extérieur.

Conditions et handicaps

Pour limiter les concurrents et équilibrer les chances, les courses sont « à conditions » et « handicapées ».
Les conditions concernent principalement l’âge, le sexe, les gains, les courses déjà réalisées.
Les handicaps sont décrits ci-après pour les 2 types de course :

Le trot
Il peut être attelé (le cheval est équipé d’un attelage, appelé aussi sulky) ou monté (le jockey est sur une selle). Dans les 2 cas, le cheval doit trotter. S’il galope, ou s’il gêne un concurrent, il est disqualifié.
Pour affecter les numéros, les chevaux sont classés selon leurs gains. Le N°1 est celui qui a le moins gagné.
Pour le départ à l’autostart (derrière un véhicule spécial), le N°1 est le plus près de la corde, le numéro 2 juste après et ainsi de suite. Ce qui constitue un handicap.
Dans les autres cas, les handicaps sont obtenus en allongeant la distance. En principe les meilleurs chevaux partent avec un recul de 25 m, voire 50 m. On dit qu’ils doivent « rendre la distance ».
Le galop
Il peut être plat ou d’obstacles, dans ce cas, le cheval doit sauter des haies et éventuels autres obstacles (bassin). Les courses simples s’appellent des courses de haies. S’il y a différents obstacles variés sur une longue distance, on parle de steeple chase. Si la course se déroule en pleine nature, on parle de cross. Dans tous les cas, le jockey est sur une selle et le cheval peut galoper.
Les hippodromes sont équipés de stalles (box en métal) qui s’ouvrent pour le départ. Chaque stalle porte un numéro, le plus petit étant le plus près de la corde. Chaque position « à la corde » est tirée au sort.
Pour affecter les numéros, les chevaux sont classés selon leurs poids. Le N°1 est le plus lourd.
Les handicaps sont obtenus en ajoutant du poids à chaque cheval.

Divers

Il existe quelques critères supplémentaires :
à réclamer : en fin de course, les chevaux sont mis en vente aux enchères
à handicap divisé : s’il y a trop de participants, le handicap est réparti sur plusieurs courses
Les épreuves sont aussi classées par importance :
– Les courses à événement sont celles qui supportent le quinté
– Les courses à événements mineures sont celles qui supportent des jeux supplémentaires (multi, 2 sur 4, Quadrio, Quarté régionaux, …)
Il y a des courses européennes, nationales, régionales, … d’apprentis, d’amateurs… (comme leur nom l’indique).
Il existe, au final, 3 grands groupes I, II, III (1,2,3). Le groupe 1 étant le plus prestigieux. Les courses pour accéder aux groupes s’appellent des listeds.
Vous entendrez aussi parler du GNT (Grand National du Trot). C’est le « tour de France » des trotteurs. Ils ne partent pas courir sur les routes comme les cyclistes, mais se rendent dans différents hippodromes, aux quatre coins de la France pour participer à des épreuves prestigieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

  1. mosao // Répondre

    propre