Quel est le meilleur pari ?

Quel est le meilleur pari ou, si vous préférez, quels sont les jeux qui rapportent le plus ?

Plus on augmente le nombre de combinaisons, plus il faut miser gros pour garder les mêmes probabilités de gains.

Prenons un exemple : au simple placé, la probabilité « brute » de gagner est de 1/6 avec 18 partants (3/18 = 1/6).

Pour avoir une chance identique au quinté, soyons sympas, dans le désordre, avec le même nombre de partants (8568 combinaisons), il faut parier … 1428 fois plus !!!

En effet, 1428/8568 = 1/6

Par exemple, si vous jouez 20 € sur un cheval en simple placé, il faudra parier 2856 € au quinté pour avoir les mêmes chances de gagner.

Vous allez me dire que l’on gagne 1428 fois plus.

Eh bien … NON !

Les jeux à « formule » divisent le gain. Par exemple, au tiercé, pour la même mise, vous ne pouvez pas gagner ordre et désordre. Donc, vous gagnez 2 fois moins. Votre mise est divisé en 2 (ordre et désordre) puis partagé.

C’est tout le génie de l’inventeur de ce système, que la plupart des gens ne comprennent pas. Et cela explique aussi les tirelires et autres surcotes.

En effet, imaginez que vous êtes le seul gagnant au tiercé. Vous ne toucherez que la moitié des enjeux (ordre ou désordre, moins prélèvements) soit 37,50% des mises. Et pas 75% comme dans un jeu sans formule.

Les autres 37,50%, personne ne les gagnent. Ils sont remis en jeu. Vous ne pouvez pas gagner ordre ET désordre avec le même ticket.

Réfléchissez maintenant au quinté. Il y a le bonus 3, 4, le désordre, et l’ordre. Soit 4 formules. Et je ne parle pas de la tirelire qui, avant toute répartition, représente un prélèvement de 3 %.

Donc, la probabilité de retour sur investissement est de 25 % maximum !
Contre 75 % en simple placé, je vous le rappelle (3 fois plus). Et c’est même 90 % sur les 3 favoris.

L’avantage du quinté est donc uniquement de pouvoir gagner gros, une fois sur 3 vies !

En fait, avec 16 partants, il y a 524160 combinaisons dans l’ordre. Donc, même en faisant 10 combinaisons par jour (20 €), il faut 143 ans pour avoir l’espoir de gagner. En pariant pendant 50 ans, il faut donc 3 vies !

C’est un jeu à fond perdu. Il est impossible d’en tenir compte dans un bilan.

Je l’appelle …

Le syndrome « beau-père »

Mon beau-père était un homme fantastique.

Il a travaillé dur toute sa vie. Il était d’une gentillesse extraordinaire. Et il jouais, comme il le disait, au tiercé (même si ses tickets étaient à 5 chiffres).

Bref, il y a quelques années, il appelle toute la famille pour annoncer, victoire, qu’il a gagné 5.000 euros. Et de me faire comprendre qu’il est aussi bon, voire bien meilleur, que moi.

Et ma femme insiste : pourquoi tu ne joues pas au quinté, TOI ?
Au lieu de te faire 100 €, tu pourrais en gagner 5.000 !

Alors je lui explique : ton père joue combien chaque jour ?

Pas beaucoup, entre 10 et 20 !

Ok, disons 15. Ce qui fait 5.475 euros/an.

Depuis quand il n’a pas gagné 5.000 euros ?

Je crois que c’est la première fois !

Et il joue depuis combien d’années ?

Ouhhhhh !

Disons 20 ans ?

Oh oui !

Il a donc parié 109.500 euros !

Oui, mais il gagne souvent des bonus et tout ça.

Le PMU prélève 25%. La tirelire et l’ordre en pompent 25 %.

Les petits gains retouchent donc à peine 50 % des mises (je compte très large), soit 55.000, plus son gros gain de 5.000 = 60.000.

En 20 ans, il a perdu 50.000 euros (minimum), la moitié de ses mises !

Les jeux à gros gains sont des jeux à fonds perdus. Il faut le savoir, et l’accepter.

Bien sûr, si mon beau-père avait gagné un million …..  🙂

Alors… le meilleur pari ?

Vous avez compris, je l’espère, que plus vous allez du coté Jeu simple, plus vos chances et vos gains sont élevées. Inversement, plus vous allez vers le quinté+, plus vos chances diminuent et vos gains (relatifs) aussi. Donc…

Si vous souhaitez gagner régulièrement, orientez-vous sur le jeu simple. De préférence en Placé. C’est le jeu des pros.

Si vous avez l’espoir de gagner un jackpot, même s’il faut 140 ans, optez pour le Quinté.

On me dit souvent : il faut miser de grosses sommes en Placé pour gagner très peu !

Oui, c’est vrai, celui qui mise 2 euros en Placé a juste l’espoir d’en gagner autant. C’est misérable. Il faut donc jouer des sommes plus importantes, ce qui est assez… compliqué et risqué.

Pourtant, vous en jouez (et en perdez) 3 fois plus en jouant petit à petit au Quinté. Mais cela se voit moins.

Regardez :

Si vous jouez 20 € au quinté chaque jour, vous en retouchez (en moyenne) 25 %. Vous avez donc un engagement de 75 % de 20 € = 15 € par jour

Si vous partez sur un engagement, en simple placé, de 15 € avec un reversement de 75 %, vous pouvez parier 60 €.

En moyenne, vous misez 60 € et vous en retouchez 75 %, soit 45 €.

60 – 45 = 14 €

Et, croyez-moi, vous gagnerez beaucoup plus souvent en jeu simple qu’au quinté.

En fait, avec 16 partants, vous avez 1 chance sur 5,33 de gagner en placé et 1 sur 560 de gagner un bonus 3 au quinté.

C’est à dire 100 fois plus de chance en simple !!!

Par contre, le simple Placé est un peu comme une gestion d’entreprise, la bourse ou l’immobilier. Vous ne pouvez pas lancer une affaire avec 2 euros. Il faut un peu de … capital et ne pas faire n’importe quoi au hasard. C’est presque un métier, qui demande du temps et des compétences.

Contrairement au quinté, ou le hasard fait, parfois, bien les choses 🙂

Bonne chance dans tous les cas…

Laisser un commentaire

20 réflexions au sujet de “Quel est le meilleur pari ?”

  1. On devrais écrire sur les portes des bars pmu et Française des jeux ainsi que les tabacs « Jouer rend pauvre » tous comme fumer rend pauvre. J’ai tellement vu des pauvres types miser tous les jours des sommes minables sur toutes les courses et réunion en jouant en plus des combinaisons du type pick 5 ou Quinte ou Quarte avec des piécettes de 2€ à 10€ en espérant défier les probabilités ce qui est dément traduction de démentiel faire un acte dont on connais le résultat négatif et idiot mais on le fait comme même en gros les courses hippiques sont globalement «arrangées » entre propriétaires d’écuries ce qui implique du trucage des courses par exemples quand un cheval a trop gagner ou pas assez gagner les écuries s’arrangent entre elle pour faire gagner un tel à la place de un autre un autre exemple quand une course ou un nombres de partant et très limités par exemple moins de 10 chevaux au départ les probabilités de gains sur une mise place gagnant et plus favorable pour les parieurs et bien souvent c’est les chevaux avec le moins de mise des joueurs qui sera place et les favoris avec une cotation très faible qui gagneront à l’inverse sur une course avec beaucoup de partant les favoris sont rarement gagnants mais souvent placés et c’est un cheval avec très peu de mise joué qui sera souvent gagnant un autre exemple un propriétaire qui a un cheval favoris sur une course avec peu de gains à la clef fera en sorte de ne pas être placé ou gagnant dans cette course pour ne pas être handicapé sur la prochaine dont les gains sont beaucoup plus interessant ce qui implique que des consignes sont bien données aux jockeys pour ne pas être gagnant ou place dans les courses à faibles enjeux les algorithmes de mise des joueurs font de sorte que les chevaux qui sortiront des courses soient en général avec le moins de gagnants possibles vous pouvez constater qu’en général il n’y a rarement jamais de gagnant dans l’ordre dans le quinte et bien souvent moins d’une centaines de gagnants au tiercé tous cela parce que l’algorithme calcule avant le départ la ou les combinaisons avec le moins de gagnants et de mises à redistribuer aux joueurs et les consignes sont donnés pour être globalement dans les calcules des algorithmes.
    Sachez que pour être gagnant il n’y a pas de solution à part être très chanceux ou bien de détenir une information que seul les inities peuvent connaître ce qui est impossible à avoir si on n’en est pas. « Un bon tuyau ne se donne pas »

    Répondre
    • Bonjour homme (ou femme) en colère :-))
      Il y a beaucoup de vérités dans ce commentaire, mais aussi quelques points moins évidents.
      On ne peut pas reprocher à des viticulteurs de produire du vin parce que certains en deviennent alcooliques.
      Il est déjà écrit partout (sauf ici) que jouer peut rendre pauvre, mais ce n’est pas le jeu qui rend pauvre, c’est l’addiction.
      Nous ferions donc mieux d’apprendre dès l’enfance, à l’école, comment gérer l’addiction, plutôt que diaboliser le jeu qui, malgré tout, et même si l’on perd, apporte un peu de bonheur (et d’espoir).
      Merci pour votre commentaire

      Répondre
  2. J’adore ton raisonnement du beau père !!! Perso j’ai jamais joué au quinté pour les mêmes raisons…
    Aussi, c’est soigneusement expliqué et et très clairement mathématique.
    Merci pour ces éclaircissements!!!
    Alex

    Répondre
  3. Votre analyse vaut ce qu’elle vaut , je joue 400 mensuel depuis 6 ans et je m’en sort , je ne joue pas le galop que le trot attelé et l’obstacle.
    Mon objectif est de m’amuser je limite mes mises tout en me donnant une chance de gros coup.
    Je ne joue que le quinté – un flexi 6 chevaux et champs reduit a 2 x avec 3 chevaux de base place au premier et au dernier soit 6 + 12 = 18 euros
    Je choisis 3 de base favoris auxquels j’ajoute 2 outsiders et 1 qui me plait je regarde egalement les drivers et la casaque ligue quelques pronos sur le net.
    Je gagne à peu près 11 fois par mois mes gains vont de 15 euros à 150 , les plus gros gains provenant du champ reduit a 2 X. que je gagne ou que je perde je ne depasse jamais mon budget .
    En 6 ans j’ai perdu 4100 E je considère que c’est le prix du plaisir et de la carotte du gros coup

    Répondre
  4. je suis d’accord avec vous,c’est le simple placé qu’il faut jouer,mais pour gagner plus de 2 euros,il faut connaitre un peu les maths pour miser avec la montante par exemple: 10E puis 20E PUIS 40E si le cheval est perdant ,et une fois placé,descendre la mise à 10E , voilà simplement une astuce,vous avez certainement des formules à vous, voilà mon opinion ,dans l’attente de vous lire, sincères salutations.

    Répondre
  5. J’en convient parfaitement, ses thèses sont le fruits d’un réflexion et beaucoup de bon sens cependant j’émets des réserves sur les rapports « placés » car les gains sont calculés selon un masse d’argent disponible à cet effet. Fondamentalement le principe de la répartition et donc la rémuneration des paris, reflète l’activité économique des organisation des paris.
    Bien sur il est possible opter pour des mises modestes régulières (et parfois perdants aussi).
    En pariant « placé » vous excluez « gagnant » je ne vous fais pas donc un « confidence » si je vous dis c’est comme au tiercé! gagnant ou placé faut choisir en fonction de ses inspirations et de ses sentiments de satisfaction attendus.
    Au fond, jouer pourqui? passer le temps façon retraité? par passion des chevaux??? pour un exsistance sociale (bonjour tristesse)? ou, un peu de tout ca, mais avec l’intime espoir de réaliser un petite réussitte financiére par un jeu, socialement trés connu.
    Restez dans votre calcul pour vous, montrez votre réussitte permettant payer votre verre au bar. Il n’est pas trop tard d’aller travailler pour gagner sa vie, votre beau pére à vécu un moment formidable, exaltant! Ce gain lui a donné un peu de couleur dans sa vie, Bravo a lui

    Répondre
  6. je suis d accord avec ca moi je jou regulierement depuis peut et je jou qu en place voir 2€ en gagnant et je me rend compte que mon enveloppe pmu augmente ! alors qu au debut j ai voulu etre gourmand et fallait que cette enveloppe je la remplisse de mon compte ! en jouant simple c des petits gains mais petit train va loin et faut pas oublie joue doit reste un plaisir !

    Répondre
  7. Si vous calculez la somme que vous jouez par an vaut mieux ne pas jouer. Le but du jeu c’est ne pas entamer sur ton pourcentage de vie (plaisir alimentation famille etc) et qu’avec la plus petite somme et avec de la chance tu puisses dire à ton patron… Bye bye et à jamais.

    Répondre
  8. bonjour a tous les parieur.
    Je suis et je crois, que j’étais un inconditionnel du tic 3. Mais, sur la totalité des sommes jouées, cela a du me rapporter même pas de quoi !!
    Je viens de lire le commentaire pour une stratégie de % de gains au pari, il est vrai que les mises avec le temps sont énormes.
    Je n’en suis pas encore là. Cela fait 30 fois que je parie sur tic 3 à 4.30€ x 30 = 129€ de perte.
    La seul fois ou j’ai gagné c’est en misant sur des chevaux (placé non gagnant, mise à 10€) rapport de gains 45€, je me suis basé sur la cote et la corde des partants, une heure avant la clôture des paris j’ai joué pour être plus sûr de n’avoir aucune surprise, et cette méthode ma été gratifiante je confirme !
    Et depuis, pas belle la vie !
    Aufrean

    Répondre
  9. Salut à tous les turfistes,
    je suis un parieur depuis plusieurs années de bons favoris en simple placé.
    D’aprés ce que je constate dans tous les pmu que j’ai fait dans ma vie, il y a au moins environs 80% de personnes qui sont attirer par le couplé gagnant placé.
    Moi cela me fait rire, car on a déjà du mal à trouver un cheval à la place alors comment trouver deux chevaux régulièrement pour être gagnant à la longue ?
    Le meilleur jeux c’est le simple placé

    Répondre
  10. oui, le jeu simple gagnant est la meilleur façon de doublé voir triplé sa mise. je joue des couplés GP uniquement quand il y un un bon jockey ou driver et j’ajoute 2 ou 3 outsiders, mais mes mises ne dépasse pas 5 ou 6€, je gagne des petites sommes et ne joue jamais sur toutes les courses. Je gagne plus souvent en plat.

    Répondre
  11. pour gagner en simple place ou meme gagnant c’est assez facile en fait il faut savoir CHOISIR SES COURSES ne pas jouer systematiquement par exemple je joue rarement dans la course du quinte et je ne joue pas non plus sur tout les hippodromes

    Répondre
    • Bonjour Gérard.
      Effectivement, c’est la première question à se poser : vais-je jouer cette course ?
      Personnellement, j’ai déterminé une douzaine de filtres qui permettent de savoir s’il faut jouer ou pas.
      Merci pour ce commentaire.

      Répondre
  12. Bonjour

    J’ai fait quelques essais timides en SP. Et, en effet, j’ai été découragé par les sommes relativement importantes à miser. J’ai hâte d’en savoir davantage sur cette méthode.
    Faut-il miser sur les 3 premiers favoris ?
    Faut-il multiplier les mises par 3,4 en cas de pertes ?
    Faut-il s’arrêter à un certain nombre de pertes ?

    Bon, vous l’avez compris, que de questions !

    Merci de votre aide

    Répondre
  13. Quel est le meilleur Pari ?

    Effectivement, je pense aussi comme vous que le meilleur pari est le jeu simple et vous en expliquez clairement les raisons.

    Si j’ai bien compris vos explications, vous privilégiez le simple placé (Avec 18 partants, en Placé, le potentiel est de 1 sur 6 contre 1 sur 18 en gagnant).
    Pour moi, et si on raisonne pour un jeu à masse égale, suivant ma petite expérience et mon avancement dans la recherche, il me semble que le jeu gagnant a un rendement supérieur au jeu placé. Mais cela dépend bien évidemment de la sélection jouée.

    Ensuite, pour augmenter le bénéfice, on va chercher à utiliser des montantes en perte ou autre. Encore une fois, cela est très dangereux et à terme nous dirige vers la perte du capital jeu comme vous l’expliquez également dans un autre article « comment gagner à tous les coups ? ». Bien entendu l’écart maximum que nous rencontrerons au cours de notre jeu simple gagnant sera trois fois supérieures à l’écart que nous rencontrerons au jeu simple placé. Mais l’écart moindre représente t‘il un réel avantage pour le jeu simple placé ?

    Suivant vos sélections, vous préférez le jeu simple placé. Je vais donc attendre la suite de votre formation pour comprendre cela.

    Bien cordialement.

    Répondre