Voici un secret, très secret…

Si vous me suivez depuis quelque temps, vous savez que je ne conseille pas le Simple Gagnant (SG).

Pourtant, au début des années 2000, un abonné m’a contacté et… m’a fait réfléchir !

Sa question était simple :

… Vous dites que le jeu placé est mieux que le jeu gagnant, pourtant, c’est la même chose. Si vous jouez 3 chevaux en gagnant, vous avez les mêmes probabilités qu’en jouant un cheval qui doit arrivé dans les 3 premiers… ?

Logique !

Première réaction, je calcule le rapport moyen en SP et SG.

Ben oui, si le rapport moyen en SG est de 5 € et la moyenne du total des SP est de 10 €, le raisonnement est rapide. Le choix aussi 🙂

Résultat : c’est un peu meilleur en simple placé, mais, pas de quoi motiver une décision. Surtout que, en contrepartie, on peut choisir 3 chevaux différents en SG.

Question : est-il plus intéressant de choisir un cheval qui a 3 « chances » ou 3 chevaux qui ont une « chance » ?

Assez rapidement, j’ai compris qu’il était plus facile de sélectionner un cheval, plutôt que trois.

J’ai donc abandonné le SG.

Jusqu’à ce que…

Un autre abonné perturbe mes certitudes.

En effet, lorsque vous pariez sur un cheval en SP, vous ne pariez que sur UNE seule cote (même si elle varie jusqu’au départ).

Par contre, si vous pariez en SG, vous pariez sur 3 cotes. Et j’ajoute, 3 cotes FIABLES (même si, elles aussi, peuvent varier). Ce ne sont pas des cotes supposées comme en SP.

Et alors ?

Imaginons que ma réussite moyenne soit de 50 % (quelque soit mon jeu, 1 cheval en SP ou 3 chevaux en SG).

Si je parie en SG sur le 1er favori, qui est, par exemple, à 5,00€, mon rapport moyen sera de 2,50 € (5 € à 50 %).

S’il arrive alors que j’ai parié en même temps sur 2 autres chevaux, je perds à tous les coups. Mise 3 €, gain moyen 2,50 €.

Mais, heureusement, l’un des deux autres chevaux peut arriver. Qui sera peut-être à la cote 7.

Là, je gagne : 7 € à 50 % : 3,50 € pour une mise de 3 €.

Mieux encore si c’est mon troisième cheval, à la cote 10… ou 15, jackpot !

Hum, hum…

Je peux donc déterminer, en fonction de la réussite moyenne et de la cote de chaque cheval, si la course peut être rentable.

Intéressant, non ?

Bon. Je vois que vous êtes un peu dubitatif.

Alors prenons un exemple :

Cotes : 4,40 – 5,10 – 6,50

Total des cotes 16 / 3 = 5,33 de cote moyenne.

Rapport moyen : 5,33 x 50 % (réussite moyenne) = 2,66

Vous voyez qu’il est impossible de rentabiliser un jeu de 3 chevaux.

Le rendement moyen n’est pas au dessus de la mise (de 3 €).

Prenons donc un autre exemple :

Cotes : 3,40 – 7,20 – 7,90

Total des cotes 18,5 / 3 = 6,16 de cote moyenne.

Rapport moyen : 6,16 x 50 % = 3,08

Là, le rendement moyen est au dessus de la mise (de 3 €).

Voilà. Il ne vous reste plus, en fonction de vos goûts (trot, plat, obstacles), qu’à déterminer la réussite moyenne des 3 chevaux que vous voulez sélectionner (plutôt favoris, plutôt outsiders, ou un mélange des deux).

Ou bien vous allez voir ici pour être sûr